Yuki Nagato

De Yukipédia de Haruhi.fr
(Redirigé depuis Yuki)
Aller à : navigation, rechercher
Yuki Nagato


Images sur Mikurun-run

Ce qui suit dévoile tout ou partie de l’œuvre


Personnalité

Yuki Nagato dans le film La Disparition de Haruhi Suzumiya.

D'un flegme à toute épreuve, Yuki est calme, réservée, distante et réfléchie. Elle ne donne pas l'impression d'être liée à qui que ce soit. Elle est très souvent plongée dans ses lectures, cela ne l'empêchant en rien d'entendre et de comprendre tout ce qui se passe autour d'elle. Certains pourront la trouver transparente ou inactive, mais il ne faut y voir qu'un manque d'interêt pour des sujets ou des actions qu'elle juge futiles. L'exemple même est l'entrainement au baseball (épisode 7 chronologique) où elle ne bougera le bras que pour bloquer les balles qui devraient forcément la toucher. D'un autre côté, la séquence où elle lit en faisant du ski nautique prouve son habileté et sa force physique (épisode 9 chronologique).

Dès qu'il s'agit d'aider Haruhi à sortir de sa mélancolie, Yuki est prête à absolument tous les sacrifices. Quitte à manipuler des gens ou détruire ses camarades de classes. Elle ne se montre pas du tout instinctive, et semble toujours calculer toutes les possibilités de chacun de ses actes.

Rôle dans l'histoire

Yuki entre dans la SOS-dan de façon apparemment involontaire. Dernière membre du club de lecture du lycée tombé en désuétude, elle voit la salle de son club réquisitionné de manière très autoritaire par Haruhi qui veut y placer la SOS-dan, et n'y oppose aucune résistance. Le fait est que Yuki dispose de toutes les qualités qui font défaut à Haruhi, et vice-versa. Cette opposition pourrait créer des étincelles entre elles, sauf que Yuki a ses ordres.


Voix

Dans l'anime, Yuki est doublée par Minori Chihara dans sa version japonaise et par Laëtitia Godes dans la version française.

Liens externes

Bonus

Lorsque Yuki joue aux jeux vidéo dans l'épisode 11 Le Jour du Sagittaire, on peut voir un bout de code source sur son écran. Et si on pouvait en faire quelque chose...