Article Haruhi 2009 du fanzine 2

De Yukipédia de Haruhi.fr
Aller à : navigation, rechercher

HARUHI 2009

(par Kabu)



Il est des séries qui savent se faire attendre, d’autres qui savent surprendre, mais rares sont celles qui arrivent à concilier efficacement les deux. La suite des aventures animées de Haruhi Suzumiya aura fait couler beaucoup d’encre, été l’objet de toutes les suppositions et déchaîné les passions des uns et des autres, mais elle est bel et bien arrivée. Cet article se propose de vous résumer un peu tout ça.


I. Les attentes des fans

En avril 2006, lors de l’arrivée de la série animée Suzumiya Haruhi no Yūutsu, les romans originaux ont été pris d’assaut par les fans et l’éditeur s’est retrouvé en rupture de stock dès la diffusion du quatrième épisode. Beaucoup de fans japonais de l’anime sont donc venus se rajouter aux amateurs initiaux du roman, et après lecture des sept tomes parus jusqu’alors, l’attente principale qui se dégageait était plus ou moins uniforme. La plupart de ces lecteurs avertis s’accordait à dire que le meilleur tome sorti jusqu’à présent était Suzumiya Haruhi no Shōshitsu (La Disparition de Haruhi Suzumiya), car cet arc scénaristique représentait une nette évolution de la série et était particulièrement bien construit. Le fait qu’il mette en avant le personnage de Yuki Nagato n’était pas non plus pour déplaire au nombre croissant de yukiistes parmi les fans de la série.

Tout cela a donné une attente très forte des fans sur l’adaptation de ce volume en particulier, et quand on parlait alors d’une hypothétique saison 2 de La Mélancolie, il était devenu presque « admis » qu’on parlait implicitement de La Disparition.

Cependant, les fans savaient que pour que cette Disparition soit adaptée, il faudrait adapter au préalable certains chapitres du roman qui ne l’avaient pas été auparavant, dont le fameux « Sasa no Ha Rhapsody » (Rhapsodie en Feuille de Bambou). Personne ne savait vraiment comment Kyoto Animation, en charge de l’adaptation de la série, allait s’y prendre ; et beaucoup pensaient alors que la structure « éclatée » de la première saison serait plus ou moins reprise, avec La Disparition de Haruhi Suzumiya en fil conducteur (comme c’était le cas pour La Mélancolie en 2006) et les autres chapitres semés pêle-mêle au milieu de cette intrigue principale. Les fans attendaient donc avec une certaine impatience que des annonces soient faites autour de cette hypothétique saison 2.


II. Trolls en tout genre

Et ces annonces, les producteurs de la série savent les faire de manière originale. Ils savent comment utiliser différents médias pour accroître considérablement la célébrité de leur licence.


La première chose à noter en ce sens, le point de départ du phénomène Haruhi, c’est évidemment le Hare Hare Yukai, le générique de fin de la série. La chorégraphie imaginée par Yutaka Yamamoto a un succès retentissant, et les vidéos y faisant référence pleuvent sur YouTube en 2006 et 2007, créant l’énorme buzz que nous connaissons tous. Parallèlement à cela, l’éditeur planque sur le site officiel de la Brigade SOS (www.haruhi.tv) toute une tripotée d’Easter eggs, des « bonus cachés » qui font plaisir aux fans de la série.

Et l’annonce de la saison 2 là-dedans ? Eh bien, elle ne viendra pas du support Internet. La première piste en ce sens est donnée par la couverture du numéro de septembre 2006 du magazine Newtype, qui titre « Suzumiya Haruhi RETURNS », nouvel artwork à l’appui. En réalité, tout ce que l’on apprend dans ce numéro, c’est que les producteurs de la série « aimeraient bien travailler sur une suite si l’occasion leur est donnée ». Ce n’est pas grand-chose, mais les fans espèrent que cela aboutira à une annonce réelle.

Le 18 décembre 2006, un clin d’œil vient les conforter : le site officiel de la série disparaît pendant trois jours, laissant une page avec une fausse erreur 404. Cette date du 18 décembre est en effet celle donnée dans les romans pour La Disparition.

En 2007, alors que le buzz du Hare Hare Yukai est à son maximum, Kyoto Animation fait monter la sauce un peu plus encore en incorporant à leur série Lucky Star un nombre plus que conséquent de références à Haruhi. Tellement conséquent qu’il masque presque les références à d’autres séries, pourtant bel et bien présentes et nombreuses.

Alors que cette série est encore en cours, le 7 juillet 2007, vers minuit, une étrange vidéo apparaît sur le site officiel. Il s’agit de la bande d’une caméra de surveillance dans laquelle on voit deux personnes en train de pénétrer de nuit dans un bâtiment et y faire des choses bizarres. En réalité, c’est une référence au chapitre « Sasa no Ha Rhapsody », et la date du 7 juillet correspond elle aussi à celle donnée dans les romans pour ce chapitre. Cette vidéo ne restera en ligne que quatre heures durant. Passé ce délai, toute trace de sa présence disparaît. Le lendemain, c’est dans le journal Asahi Shimbun, l’un des plus lus au Japon, qu’on apprend la bonne nouvelle : une saison 2 est prévue pour Haruhi, et cette annonce prend une page entière. On y voit Haruhi de dos, assise sur son bureau de la salle de la Brigade SOS, et un simple texte est écrit sur l’image : 私はここにいる。(Je suis là). Cette phrase est elle aussi une grosse référence au contenu de « Sasa no Ha Rhapsody ». Les fans sont ravis, bien loin de se douter de ce qui les attend par la suite…

Le 18 décembre 2007, comme l’année précédente, le site de la Brigade SOS disparaît. Il affiche la même erreur 404 que précédemment, mais celle-ci est agrémentée d’un petit champ où l’utilisateur peut entrer du texte. Et le bon texte à rentrer, seuls les lecteurs assidus du roman le connaissent. En y tapant les lettres K N S A K (soit les initiales des noms des membres de la Brigade mis dans l’ordre du Hare Hare Yukai), on voit défiler un texte tiré directement de La Disparition, puis, sur une image de Nagato se référant à ce même volume, on nous apprend que la saison 2 de Haruhi est annulée et qu’elle sera remplacée par une « reprogrammation de la série originale ». Étant donné la nature du scénario de La Disparition, cette phrase n’est pas prise au premier degré par les fans, qui pensent tenir là un aveu pur et simple du fait que La Disparition sera bel et bien le point central de cette saison 2. On pressent la date d’avril 2008 pour une sortie, octobre au pire.

Et puis… et puis plus rien. Durant toute l’année 2008, aucune nouvelle annonce sur la série n’est faite. La seule chose que les fans sauront, c’est qu’il est prévu d’adapter les dōjinshi Suzumiya Haruhi-chan no Yūutsu et Nyoron Churuya-san en deux petites web-séries diffusées sur la plateforme YouTube de Kadokawa. Les saisons 2008 de Kyoto Animation sont occupées par Clannad, l’adaptation d’un visual novel de Key (le studio avait déjà adapté les VN Air et Kanon des mêmes auteurs). Même le jour tant attendu de la Disparition, le 18 décembre 2008, ne révèle que des informations sur les mini-séries. Évidemment, les rumeurs vont bon train. Certains pensent que les annonces de ces séries cachent quelque chose de plus gros, d’autres disent avoir trouvé des indices planqués à des endroits impossibles indiquant telle ou telle date possible pour la sortie de la nouvelle saison. Tout autant de fausses joies qui commencent à sérieusement irriter la communauté.

Il faudra attendre janvier 2009 pour que les choses bougent, et c’est une nouvelle fois par l’intermédiaire de Newtype que l’annonce sera faite. En effet, sur la troisième de couverture du magazine, on peut voir sur l’annonce du numéro de février une couverture où figure Haruhi telle qu’elle est dans La Disparition (son apparence dans ce tome étant particulièrement reconnaissable) et on nous promet donc de nouvelles informations dans celui-ci. Les fans se bougent et vont chercher des informations chez Kadokawa, l’éditeur propriétaire la licence Haruhi. Un responsable répond qu’il n’est pas question d’une nouvelle saison de Haruhi : il ne s’agit que d’une « reprogrammation ». En clair, ce qui attend les fans, c’est une simple rediffusion. L’anime qui tiendra l’affiche chez KyoAni en avril, c’est K-on!, adaptation d’un yonkoma (manga strip en quatre cases). C’est une énorme déception pour tout ceux qui attendent le retour de Haruhi (ou de Full Metal Panic!).

En février, après un démarrage des web-séries cités plus haut qui avait déjà donné lieu à une malicieuse utilisation du « NICE BOAT » du plus bel effet, ce fameux numéro du magazine sort et nous révèle ce qu’il avait à nous révéler… c’est-à-dire pas grand-chose. Le magazine contient des images illustrant « Sasa no Ha Rhapsody » et La Disparition, mais les textes ne font que confirmer les dires de Kadokawa : Haruhi sera rediffusée dans sa version DVD (et donc dans l’ordre chronologique) en avril sur 14 chaînes de l’archipel.

Personne ne sait plus ce qu’il doit croire ou pas. Beaucoup espèrent que cette annonce de rediffusion ne cache en fait une nouvelle saison et que les épisodes diffusés en avril soient les nouveaux épisodes tant attendus. Et puis, courant mars, un petit malin a l’idée lumineuse de contacter les chaînes censées rediffuser la série pour tirer l’affaire au clair. Il n’apprendra rien sur le contenu de la série (et pour cause, les chaînes ne le connaissent pas), mais l’une d’entre elles va donner aux fans un indice sur ce qui se prépare : les plages horaires qui ont été réservées pour diffuser la série. On leur a en effet demandé de diffuser 28 épisodes. 28 épisodes ? Mais la série originale n’en fait pourtant que 14, s’interrogent les fans…

Avril. La diffusion de la série commence, et tout le monde espère connaître le fin mot de l’histoire. Le premier épisode diffusé est… « La Mélancolie de Haruhi I », soit le premier épisode dans l’ordre chronologique. Beaucoup sont déçus mais certains se disent : « Attendons, si les épisodes sont diffusés dans l’ordre chronologique, alors le huitième sera peut-être le premier des chapitres non adaptés ». Parmi ceux-ci, plusieurs réservent même des hôtels dans la région où l’épisode sera diffusé en premier, histoire d’être les premiers à tirer les choses au clair.

Le 21 mai 2009, le huitième épisode de la série est diffusé. Et ce que certains avaient pressenti s’est avéré exact. Cet épisode, c’est « Sasa no Ha Rhapsody », le premier des chapitres non adaptés en 2006 dans l’ordre chronologique. C’est l’un des chapitres les plus importants de la série, et il constitue la porte d’entrée pour adapter La Disparition.


En réalité, Kyoto Animation est venu intercaler les nouveaux épisodes à l’intérieur de la première saison, et la complète ainsi en bouchant les trous de narration qui avaient été laissés dans l’anime de 2006. Ce n’est donc pas vraiment une saison 2 mais c’est une amélioration, une mise à jour de l’anime Haruhi. Qu’importe, les fans se réjouissent d’avoir enfin ce qu’ils attendent depuis déjà trois longues années et s’attendent donc à voir adapté dans l’ordre « Endless Eight », Les Soupirs de Haruhi Suzumiya et enfin La Disparition de Haruhi Suzumiya. Seulement, ils sont loin d’être au bout de leurs surprises…


III. L’affaire « Endless Eight »

« Sasa no Ha Rhapsody », dont le chapitre initial est en quelque sorte la pierre angulaire de l’intrigue de Haruhi, est de surcroît extrêmement bien adapté dans sa forme animée. La précision de Kyoto Animation pour retranscrire le contenu du roman sur ce chapitre est quasi-millimétrique. Les fans sont donc d’autant plus réjouis et ont grande confiance dans la suite.

Dans l’ordre chronologique, ce chapitre est suivi de trois épisodes déjà adaptés en 2006 : « Mystérique Sign » et « Syndrome de l’Île Solitaire » (qui est en deux parties). Il faudra donc attendre un mois entier avant que ne soit diffusé le prochain chapitre inédit : « Endless Eight ». Dans le light novel d’origine, ce chapitre est un passage sympathique, qui explique certains éléments de l’intrigue générale mais ne revêt pas une importance capitale. Il a pour particularité de traiter d’une boucle temporelle avec une certaine originalité, c’est-à-dire sans marquer de répétition.

19 juin 2009 : l’épisode censé adapter « Endless Eight » est diffusé. Si la première moitié de l’épisode est conforme au scénario de ce chapitre, la seconde ne l’est pas du tout. Toute l’intrigue est passée à la trappe, la boucle temporelle n’est pas présente. Les lecteurs du roman sont étonnés, mais se disent qu’il y a peut-être un piège quelque part. « KyoAni aurait-il décidé de faire deux épisodes sur ce chapitre ? Dans ce cas, nous aurons la véritable boucle la semaine prochaine, et pas Les Soupirs, comme attendu… Bah, nous verrons bien. »

26 juin 2009 : le nouvel épisode diffusé est… « Endless Eight ». Cette fois-ci, il s’agit de la véritable boucle décrite dans le roman. L’épisode se déroule bien… sauf les trente dernières secondes. La fin de l’épisode n’est en effet pas bouclée. L’inquiétude grandit : « Qu’est ce que ca veut dire ? Ils ne suivent plus le roman ? Ils ne vont quand même pas… »

3 juillet 2009 : un autre épisode est diffusé. Il s’agit de… « Endless Eight » ? « Pourquoi mettre trois épisodes à boucler cette histoire ? » Sauf qu’à la fin de l’épisode, le chapitre n’est toujours pas bouclé. Et c’est à partir de là que l’affaire prend vraiment toute son ampleur.

Les fans ne comprennent plus du tout ce que fait le studio. Le chapitre « Endless Eight » est réanimé semaine après semaine. Et il l’est entièrement : le studio change tous les angles de vue, redessine toutes les animations, change les vêtements et les attitudes des personnages et les acteurs redoublent l’épisode à chaque fois. Mieux, les producteurs s’arrangent pour qu’il y ait un élément dans chaque épisode susceptible de faire croire au spectateur qu’il s’agit de l’épisode final. On trouvera ainsi dans un épisode le bon numéro de boucle, dans un autre les mêmes vêtements que dans les illustrations du roman, dans un autre encore la liste d’activités est strictement identique, etc. En bref, Kyoto Animation joue avec son public sur ce chapitre et use de toute sa créativité, de toute son inventivité pour ça, en faisant des plans étranges et en allant jusqu’à insérer des répétitions à l’intérieur même d’un épisode.

Les spectateurs, pris complètement au dépourvu, ont des réactions des plus diverses. Certains hurlent au scandale, nombre d’entre eux ne comprennent pas du tout l’intérêt, s’ennuient ou se moquent de la qualité apparente de la série (les moins éclairés parleront de « K-ON!-isation »), d’autres au contraire approuvent l’idée et la recherche d’originalité du studio, d’autres encore s’en fichent ou profitent de leur visionnage de l’anime pour rire un bon coup en sortant les répliques des personnages avant qu’elles n’arrivent.

D’une manière générale, l’effet de cette adaptation bizarroïde d’« Endless Eight » est de diviser énormément la base de fans de la série. Les pro, les anti et les indécis partent dans des discussions enflammées, notamment sur les forums Internet. D’un épisode à l’autre, les avis changent, les humeurs varient, et les discussions reprennent de plus belle. Tout cela fait beaucoup de bruit autour de la série. En bien ou en mal, énormément de monde en parle, et E8 devient rapidement l’arc le plus cité de toute la série. Il en est aussi le plus long.

Au bout d’un certain nombre d’épisodes, il en arrive un où le studio délivre enfin le spectateur en lui livrant la fin réelle qu’il a tant attendue. Cette fin étant déjà peu spectaculaire dans le roman, une fois la sauce montée dans l’anime, elle passera pour un final un peu risible. KyoAni décide de pousser le délire jusqu’au bout et tourne lui-même la chose en ridicule. À l’image de l’arc tout entier, cette fin pourra donc se révéler jouissive pour ceux qui savent apprécier le second degré et affreusement mauvaise pour les autres. Cela dit, une chose gêne les lecteurs du roman, même les plus ouverts. Si cet épisode a été réanimé un certain nombre de fois, monopolisant un paquet d’heures de diffusion, certains éléments importants du chapitre original demeurent néanmoins non adaptés en anime. Ce constat vient s’ajouter à l’incompréhension générale. Durant la diffusion de ces épisodes, beaucoup de spectateurs ont, par dépit, arrêté de regarder l’anime. Beaucoup d’autres ont simplement décidé de sauter l’arc E8 et de ne reprendre la série qu’une fois celui-ci terminé. Enfin, même une fois l’arc « Endless Eight » terminé, la question du « pourquoi » de cette adaptation si particulière est restée sans réponse nette. Certains pensent que le studio a fait ca pour générer du buzz (et cela en a bel et bien produit), d’autres pensent que c’était simplement pour le style, pour l’originalité. Le débat reste ouvert et alimente toujours des discussions, plus de six mois après.


IV. Les Soupirs de Haruhi Suzumiya

Lorsque l’arc « Endless Eight » prend fin, c’est donc à des fans usés, assommés, fatigués, qu’on propose de regarder l’adaptation du tome 2 du roman : Suzumiya Haruhi no Tameiki (Les Soupirs de Haruhi Suzumiya). Celui-ci se place chronologiquement juste après E8, il n’y a donc pas d’épisode de 2006 à passer avant de rentrer dans ce nouvel arc. Malgré la fin bien marquée de l’arc précédent, jusqu’au début de la diffusion du nouvel épisode, beaucoup penseront qu’ils allaient avoir à faire à un énième épisode de E8. La véritable délivrance se situe donc lorsque celui-ci est dévoilé. Après s’être lâché complètement, Kyoto Animation a voulu être le plus fidèle possible au roman sur ce volume 2. Le problème, c’est que Les Soupirs possèdent une intrigue qui démarre lentement, très lentement même. En n’adaptant pas assez ce passage au format animé, le studio conserve ce déséquilibre présent dans le roman. Résultat, de nombreux spectateurs qui attendaient enfin un renouveau après « Endless Eight » sont découragés par ce début peu engageant et arrêtent définitivement de regarder la série.

Pourtant, sous ses faux airs de tranche de vie lycéenne sans grand intérêt, cet arc est en réalité très important. Il explique énormément de choses, d’abord sur le premier épisode de 2006 (« Les aventures de Mikuru Asahina épisode 00 ») et tous les secrets qu’il contenait, mais aussi de manière plus générale sur l’univers de Haruhi dans son ensemble, sur les différents rapports de forces qui existent autour de la Brigade SOS et sur les relations de ses membres entre eux. Quelques scènes en particulier sont parmi les meilleures de la série (adaptées en anime ou pas) et raviront l’amateur averti.

Les Soupirs de Haruhi Suzumiya n’ont jamais aussi bien porté leur nom qu’en étant adaptés après l’affaire E8. Ils sont à la fois un soupir de soulagement pour de nombreux fans et un soupir de lassitude pour certains autres. C’est sûrement la partie la plus sous-évaluée de la série par rapport à sa richesse réelle, car l’essentiel de son intrigue et de son intérêt vient sur le tard.


Une fois cet arc terminé, la rediffusion des épisodes de 2006 se poursuit par « Les aventures de Mikuru Asahina épisode 00 ».


V. La Disparition de Haruhi Suzumiya

Et La Disparition ? Disparue.

Du fait que cet arc soit le plus attendu, diverses théories ont été faites par les fans concernant sa diffusion. Au départ, il paraissait évident qu’elle ferait partie des nouveaux épisodes de la série, mais au fur et à mesure que la rediffusion de Haruhi avançait, les certitudes se sont effritées. Quand l’arc « Endless Eight » a commencé à prendre de l’ampleur et à rogner du temps d’antenne, certains ont pensé que Les Soupirs ne seraient pas adaptés pour laisser place à La Disparition, et qu’on verrait pour l’adapter plus tard (après tout, il en reste un sacré paquet à adapter encore, de chapitres…). Quand l’arc des Soupirs a finalement été diffusé, de nombreuses rumeurs se sont mises à circuler selon lesquelles Kyoto Animation allait réserver de nouvelles plages de diffusion et prolonger la série encore d’avantage, portant le nombre total d’épisodes à 42. Les fans ne pouvaient simplement pas croire que cet arc ne serait pas adapté lors de cette refonte de la série, mais au bout d’un moment, il a bien fallu se rendre à l’évidence : ce ne serait pas le cas. Cette rediffusion allait se clore sur l’épisode original, « Someday in the Rain », et La Disparition n’en ferait pas partie. Ce sera pour une prochaine fois.

Et donc, ce dernier épisode que tout le monde connaît déjà, bien peu l’ont regardé, puisqu’il ne présentait pas d’intérêt particulier. Les quelques courageux à l’avoir fait voulaient simplement clore la série proprement sans en attendre rien de plus. Le générique tombe, on se prépare à passer à autre chose en se disant qu’il faudra encore attendre un bon moment pour avoir droit à La Disparition… mais à la fin du générique, quelque chose se passe. Une image de Yuki est diffusée avec une musique bien connue, et une date s’affiche : printemps 2010. Ce petit bout de vidéo que bien peu ont pu voir en direct est en fait le trailer d’un film intitulé Suzumiya Haruhi no Shōshitsu.

Stupeur. Un film ? C’est bien la dernière chose à laquelle les fans s’attendaient, preuve que les producteurs avaient encore une fois réussi à surprendre tout le monde.

Le 18 décembre 2009, le site officiel disparaît progressivement, comme à son habitude, et un trailer plus long est diffusé, montrant une animation soignée, quelques éléments que les lecteurs du roman reconnaissent sans mal, et enfin une durée ainsi qu’une une date. Le film sortira en fait le 6 février 2010, et sa durée excèdera 150 minutes (en réalité, il dure 2h43).




En fin de compte, le but général de Haruhi 2009 semble avoir été de préparer le terrain pour un film que les responsables n’ont dévoilé que quatre mois avant sa sortie. Mais il serait réducteur de penser qu’on peut tout résumer à ça. Si Haruhi 2009 n’est pas à voir comme une saison 2 mais comme une mise à jour de la série initiale, son contenu n’en reste pas moins riche et intéressant. Chacun de ses arcs est indispensable à la compréhension globale de la série, même si les épisodes qu’ils contiennent ne seront pas toujours au goût du public, en particulier ceux du sulfureux « Endless Eight ».