L'interview avec l'éditeur

De Yukipédia de Haruhi.fr
Aller à : navigation, rechercher
Couverture roman tome 1 fr.jpg


Q : Bonjour, vous êtes Cécile Térouanne, directrice éditoriale de Hachette Jeunesse Roman, qui s'apprête à publier le premier volume de la série Haruhi Suzumiya de Nagaru Tanigawa.
La série Haruhi Suzumiya comporte actuellement 9 volumes et totalise 5,6 millions de ventes. Il a d'aileurs été dérivée en bande dessinée et dessin animé.
Qu'est-ce qui vous a incité à publier Haruhi Suzumiya en France ?

La notoriété de la série au Japon, le fait que Pika qui est un partenaire de Hachette était sur l'acquisition des droits pour le manga et dernièrement la volonté d'ouvrir dans nos collections chez Hachette Jeunesse Roman des séries de Light Novels, c'est-à-dire des séries ayant été à l'origine de grands succès en manga.

On avait déjà eu deux expériences précédemment avec la série Dragon Brothers puis la série Trinity Blood et on n'était encore jamais allé du côté des romans entre guillemets plus "fille" et littérature contemporaine et il me semblait que c'était une opportunité avec Suzumiya Haruhi.


Q : Le 1er avril va être publié chez Little Brown, une succursale de Hachette USA, le premier roman de Haruhi Suzumiya. Avez-vous été influencés par l'édition américaine ? Ou bien est-ce le contraire ?

Quand les négociations ont démarré, on n'avait pas encore un lien très fort avec la succursale américaine. Pika était en relation avec Yen Press (note : l’éditeur américain du manga) et ils ont travaillé ensemble sur l'achat du manga. Maintenant, savoir où est la poule et où est l'œuf, il faudrait poser la question à Pierre Vals (note : directeur de Pika), parce que moi je ne sais pas.

En revanche, j'ignorais que le roman était aussi publié par Little Brown. Je l'ai découvert dans le catalogue 2009 avec cette couverture rouge et juste une silhouette dessus, ce qui m'a beaucoup étonnée au niveau du choix graphique qui n'est pas du tout celui que nous, nous avons fait. Sur le plan de notre direction éditoriale roman, ça n'a pas du tout été concerté au point que j'ignorais même que cela soit dans le catalogue Little Brown 2009.

Note : l'éditeur américain Little Brown propose deux éditions, dont l'une a la même couverture que l'édition japonaise.


Q : Quelles sont vos attentes des romans ?

On espère que le public sera évidemment séduit par cette héroïne, par son originalité et que l'on bénéficiera un peu de l'aura du manga parce que jusqu'à présent, les deux expériences précédentes n'ont pas été très positives...

Autant on a des résultats spectaculaires en bibliothèque verte avec la novélisation de Naruto qui a du succès auprès des petits frères des lecteurs de manga, autant les lecteurs de Trinity Blood dont le manga a été publié chez Dargaud ne sont pas venus sur le roman et on n’a pas de bons résultats commerciaux pour le moment. Donc on espère que cette troisième tentative sera la bonne, et j'ai vraiment envie de proposer au lectorat français une œuvre originale avec un coté un peu déjanté, un humour très particulier qui est quand même très fin, avec une héroïne qui décide de sauver le monde d'une manière assez aristocratique et en même temps complètement onirique qui me plaît beaucoup.


Q : Parlons des choix éditoriaux.
Vous avez dit que Haruhi avait un côté "fille", pouvez-vous préciser quel public vous visez ?

Plutôt fille, mais raconté par un garçon. Je pense que le visuel va attirer les filles parce que ça a un côté très féminin, il va attirer les garçons parce que c'est très sexy. Et le contenu lui-même est complètement mixte. Nous on le positionne en hors série complet, c'est-à-dire hors collection.


Q : Pourtant l'éditeur japonais le publie dans la collection Sneakers, qui est adressée aux jeunes garçons.

Je pense qu'on ne peut pas du tout se baser sur ce que font les japonais. Je pense que pour un éditeur de manga, ça a du sens de prendre en compte ce qui se fait au Japon. Mais pour un éditeur de romans, on est vraiment dans un laboratoire, on est un peu pionnier, il y a quelque chose à créer, il y a un public à trouver.

Ce ne sera pas avec des recettes, ça se fera de manière spontanée par rapport au marché français et au lectorat français.


Q : Et pour ce qui est la tranche d'âge visée ?

On vise le 12+. Parce que c'est une lecture qui est tout de même assez exigeante qui fait appel à un humour au 3e voire 4e degré, ce n'est pas de la lecture fin de primaire, début collège.


Q : Vous ne visez pas plutôt des lycéens ?

Il faut savoir qu'on est une collection de littérature jeunesse présente en magasin sur le rayon jeunesse et que les lycéens ne vont plus trop sur ce rayon-là. Après, il peut se passer un phénomène comme on a eu avec Twillight où la notoriété fait que ça déborde, mais notre positionnement prend en compte notre lectorat qui est un lectorat jeunesse.

Après, effectivement, si ça explose en manga et que les lecteurs veulent venir chercher le roman ils viendront. Mais jusqu’à preuve du contraire, on n'a pas de démonstration que le lectorat du manga soit le même que le lectorat du roman. À mon avis c'est autre chose, c'est un autre mode de lecture. Je ne sais pas si le lecteur de manga est lecteur de roman et inversement. Je pense que le lecteur de roman est parfois un peu réfractaire à l'écriture « mangaesque ». On travaille en synergie avec Pika. On sera présents via leur manga sur Japan Expo. On a des liens entre nos sites et dans le buzz, mais on est encore sur quelque chose qui est indéterminé.


Q : Quelles seront les différences notables avec l'édition japonaise ?
Quel sera le format du livre en France ?

Le format sera en 135x200, plus grande que l'édition japonaise. Il n'y aura pas de jaquette. Il y aura une couverture avec une image du livre et à l'intérieur il y aura des illustrations, c'est à dire une figure féminine en gros plan et derrière un "H" avec pour sous-titre de la série "Brigade SOS". Mais le visuel reste encore provisoire.


Q : La couverture sera-t-elle identique à la couverture originale ?

Non, ce ne sera pas la même, on l'a réinterprétée, en revanche on garde le visuel.


Q : On parle d'un changement du titre, "Haruhi fait sa crise". Est-ce que vous pouvez confirmer ?

Oui, c'est bien cela.


Q : Qu'est-ce qui vous a amené à changer le titre ?

Pour nous, la mélancolie c'est anti-vendeur. Mettre mélancolie sur la couverture c'est comme si on fusillait le livre à l'avance. On a donc décidé de chercher comment mettre en valeur le titre en le faisant plus drôle et il nous a semblé qu'étant donné le tempérament du personnage ce titre allait assez bien.


Q : Mais est-ce que ça ne va pas poser des problèmes pour la suite ? Étant donné que tous les titres suivre le même schéma : la mélancolie de Haruhi Suzumiya, l'ennui de Haruhi Suzumiya, on va avoir un changement pour tous les titres ? Haruhi s'ennuie, par exemple ?

Haruhi s'ennuie est encore pire ! Pika a choisi de garder la mélancolie de Haruhi Suzumiya parce qu'il y a un public déjà informé avec tout un buzz autour de ça.

Nous, on s'adresse à priori à des lecteurs qui ne connaissent pas. Et on ne va pas les faire venir vers Haruhi si on dit : Haruhi a le cafard ou Haruhi s'ennuie. C’est absolument anti-flirt comme type d'intitulé. Donc on va chercher à trouver des formulations plus positives.


Q : Vous n'avez pas peur que les lecteurs du manga n’arrivent pas à s'y retrouver en cherchant le roman ?

Sincèrement je ne pense pas. Je suis sceptique sur le fait que le lecteur de manga viendra chez le roman. Et si ça crée de la contestation, ça voudra dire qu'il y a eu de l'attention, et on répondra à cette contestation-là. Je pense que la logique du roman est différente de celle du manga en France. Si au tome deux on se rend compte qu'on fait une grosse bêtise et que ça marcherait beaucoup mieux si on mettait l'ennui d'Haruhi on changera. C'est notre position d'éditeur de créer notre lectorat avec quelque chose de positif.


Q : Le fait de choisir un lectorat qui n'est pas habitué au manga, cela va aussi poser des problèmes de traduction pour des termes pointus comme le mot "moe" par exemple.

Pour ça, il faudra poser la question au traducteur. Je sais qu'il s'est vraiment pris la tête sur la traduction sur plein de problèmes qui lui ont été posés par le roman. Il traduit beaucoup de manga pour l'éditeur Kurokawa.


Q : Quant aux références scientifiques, certains passages sont assez compliqués, pour embrouiller volontairement le lecteur, est-ce qu'ils vont être conservés ou alors il y aura une simplification ?

Non non, le traducteur est resté très très fidèle à l'œuvre originale au point de passer des jours entiers sur des bouts de paragraphes sans comprendre de quoi il s'agissait.


Q : Pour ce qui est de la campagne promotionnelle vous avez parlé d'une collaboration avec Pika.

Oui, on travaille main dans la main avec eux, pour un échange de visibilité. Il y aura un peu de manga à la fin du roman et un peu de roman à la fin du manga. On travaille ensemble pour le site. Il y aura de la pré-pub, des liens Calaméo sur internet. Un grand lancement pour Japan Expo. Il est sûr que pour Pika c'est leur grand lancement de l'année, tandis que pour nous c'est de l'expérimentation.


Q : Le premier volume sera prêt pour quand ? Et à quel prix ?

Il sera en magasin le 19 août (2009) au prix de 14€.


Q : Le point de vue de certains internautes sur le nouveau titre est assez différent du vôtre.

Face à "la mélancolie" qui de votre point de vue donne quelque chose de négatif, selon eux, la mélancolie évoque quelque chose de plus mystérieux, donc qui attire la curiosité du lecteur adolescent et qui va faire écho à un sentiment ressenti pendant la crise d'adolescence, et il peut se reconnaître dans le personnage.

Le "fait sa crise" donne plutôt une impression plus joyeuse et du coup moins sérieuse, ce qui donne moins de crédit à l'œuvre, et ça donne l'impression d'avoir de la littérature de plus basse qualité, alors qu'ils voudraient faire reconnaître Haruhi comme de la vraie littérature.


C'est intéressant. Notre décision est loin d'être arrêtée, nous attendons d'avoir les images définitives pour la couverture donc on peut revenir dessus. Je vais en parler avec l'équipe et voir si on peut faire un essai avec.

Étant donné la construction de la couverture qu’on a adoptée, on a brigade SOS d'un coté du H et de l'autre Haruhi fait sa crise. On peut mettre 1. La mélancolie, 2. L’ennui. Pour le moment ce n’était pas l’option qu’on avait apportée mais je vais en faire part et puis on verra ce que l’on décide.


Q : Merci beaucoup d’avoir répondu à mes questions !

Merci à vous, et à bientôt peut-être.