Lire la série en version originale

De Yukipédia de Haruhi.fr
Aller à : navigation, rechercher

Article en construction

Se procurer l'ouvrage

En France

À l'étranger

Lire le Japonais

Alphabet

Bien que le rômaji (écriture du japonais dans l'alphabet latin) soit très répandu sur le web, il ne constitue pas un alphabet officiel. En constante évolution, il n'est pas un moyen stable et recommandable de retranscrire le langage nippon. Néanmoins l'uniformisation du web rend son utilisation nécessaire.

L'abécédaire japonais est divisé en trois ensembles :

Les hiragana

Alphabet phonétique, c'est le plus communément utilisé.
Il permet d'écrire la plupart des mots d'origine japonaise et comporte 45 caractères principaux et d'un ensemble de customisations diverses et variées.


Exemple : Disparition -> Shoushitsu -> しょうしつ

Les katakana

Second alphabet phonétique, on l'emploie pour écrire tout les mots de provenance étrangère (souvent occidentale). Il est en constante évolution, pour toujours mieux s'adapter aux prononciations exotiques.
On note par exemple la récente introduction des "va vi vu ve vo" auparavant sonorisés par "ba bi bu be bo".

Exemple : Tigre -> Tiger -> Taiga -> タイガ


Les kanjis

Jusqu'au 4ième siècle, les Japonais n'avaient aucun système d'écriture. Afin d'écrire les mots chinois mais aussi les leurs, ils ont intégré ces sinogrammes appelés Kanji. Depuis ils ont quelques peu changé (pas autant qu'en Chine néanmoins) et ont été officialisés.
Le nombre total de Kanji étant considérable, le gouvernement a décidé d'en définir 1945 comme "nécessaires". Ce sont ceux qu'il faut connaître pour avoir l'équivalent japonais du BAC, ainsi que pour lire le journal et mener une vie normale.
C'est ce qui explique que dans certains animes pour jeune publique (exemple : Shugo Chara), les Kanjis soient 'sonorisés' en hiragana juste au-dessus.
Chaque Kanji a nombre de traits spécifiques, et beaucoup découlent de la forme des choses qu'ils désignent.

Structure

Culture

Liens